5 octobre 2017

La stratégie nationale de santé 2017-2022

Par L'équipe de l'école

Tous les gouvernants définissent une politique nationale de santé. Celle-ci vise à répondre aux besoins de santé de la population et permettre à chacun de rester en bonne santé le plus longtemps possible. En France, une stratégie nationale de santé est en cours d’élaboration. Quels sont les éléments de contenu ?

La politique de santé publique

 

Il est inscrit dans le préambule de la Constitution que « la Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement. Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence ».

Plusieurs lois se sont succédé pour définir, renforcer ou refonder le système de santé français.

2013 à 2016, les prémices d’une stratégie

 

Marisol Tourraine, précédente ministre de la Santé, indiquait que notre système de santé était performant, mais inéquitable. Elle souhaitait mettre en place une stratégie nationale de santé dont le but serait de définir « le cadre de l’action publique pour les années à venir pour combattre les injustices et les inégalités de santé comme d’accès au système de soins ».

La loi de modernisation de notre système de santé de 2016 précise que « la politique de santé est conduite dans le cadre d’une stratégie nationale de santé définie par le Gouvernement » et que celle-ci « détermine, de manière pluriannuelle, des domaines d’action prioritaires et des objectifs d’amélioration de la santé et de la protection sociale contre la maladie ».

Le rapport du Haut Conseil de la santé publique

 

L’instance a été sollicitée pour réaliser une « analyse préalable de l’état de santé de la population, des déterminants […] et des stratégies d’action envisageables ». À l’issue de ses travaux, le HCSP a relevé que l’espérance de vie était élevée, mais que des inégalités territoriales et sociales demeuraient. L’instance a aussi noté « un poids croissant des limitations et de la dépendance ».

Les premiers axes ministériels

 

Suite à ces travaux, la ministre a défini quatre thèmes prioritaires et souhaité que, d’ici mi-octobre, l’ensemble des acteurs puissent faire part de leurs attentes et propositions sur :

la prévention et la promotion de la santé, tout au long de la vie et dans tous les milieux ;

la lutte contre les inégalités sociales et territoriales d’accès à la santé ;

la nécessité d’accroître la pertinence et la qualité des soins avec une réflexion sur l’évolution de la tarification à l’activité, et la formation des professionnels ;

l’innovation organisationnelle, médicale, technologique ou numérique.

La conclusion

 

La stratégie nationale de santé est un processus long, mais qui s’avère nécessaire pour définir les orientations pour les cinq prochaines années. Une consultation publique, sur la base d’un premier projet, aura lieu courant novembre. Il est prévu que le projet définitif soit adopté par le Gouvernement en décembre.

Partager/Marquer

Laisser un commentaire