18 octobre 2016

Les traitements bioélectroniques, avenir de la santé ?

Par

Au cours du vingtième siècle, les connaissances en santé se sont nettement améliorées. Pour autant, les maladies chroniques demeurent un défi de santé publique pour lequel les laboratoires pharmaceutiques cherchent de nouveaux traitements. Aujourd’hui, on parle de traitements bioélectroniques. Point d’actualité sur ces innovations.

biotechnologie

Le système nerveux

Le corps humain est une entité complexe composée en majorité d’eau, d’éléments chimiques et de milliards de cellules. Outre ces matières fonctionnelles, il est également composé de différents organes et tissus. Pour assurer la communication entre les différentes parties du corps, un élément est indispensable : il s’agit du système nerveux. Le système nerveux est le centre névralgique de la communication. Il permet aux organes de communiquer entre eux mais également à l’Homme d’interagir avec son environnement. Il est reconnu qu’en agissant sur celui-ci, il est possible de modifier les perceptions de l’Homme.

La bioélectronique

Aujourd’hui les chercheurs tentent d’aller plus loin en analysant plus finement les courants électromagnétiques et les signaux électriques pour déceler et/ou traiter des maladies chroniques.

La bioélectronique est une science nouvelle qui associe science de l’électronique et de la biologie. Ce sont des capteurs nanométriques qui, implantés dans le corps, vont pouvoir renseigner le praticien sur l’état du malade. Au-delà des nouvelles technologies utilisées, elle est basée sur une individualisation des thérapeutiques en fonction de la pathologie et des besoins de la personne malade : c’est une forme de médecine dite ciblée, personnalisée, ou encore de précision qui pourraient être utilisée dans le traitement de l’asthme, du diabète ou encore de l’arthrite.

L’intérêt de la bioélectronique est multiple : cette nouvelle thérapeutique pourrait être bénéfique pour le patient, le médecin mais également notre système de santé.

En revanche, elle modifie la relation médecin-patient puisque la technologie fait entrer un nouvel acteur dans cette relation. C’est le bio technicien qui va amener les informations au médecin qui pourra, ensuite, traiter le patient. C’est une forme de médecine basée sur davantage de technologie que de clinique.

Une nouvelle entreprise en faveur de la bioélectronique

Récemment, le laboratoire pharmaceutique Glaxo Smith Kline et Alphabet (Google) ont créé Galvani Bioelectronics, une nouvelle entreprise spécialisée dans les traitements bioélectroniques. Cette société bénéficiera d’un investissement de 640 millions d’euros sur sept ans en vue de promouvoir et de développer de nouvelles technologies. Leur objectif est d’améliorer la connaissance biologique de la maladie et de développer des appareils électroniques miniatures à faible puissance permettant le recueil et l’analyse de données au travers de logiciels adaptés. Les premiers travaux devraient se concentrer sur l’établissement des preuves cliniques dans les pathologies inflammatoires, les troubles métaboliques et endocriniens, y compris le diabète de type 2 tout en permettant le développement des dispositifs de précision miniaturisés.

Après la découverte du séquençage complet du génome humain, la médecine personnalisée se développe un peu plus. En alliant les sciences électroniques, électromagnétique et le domaine du vivant, l’Homme peut espérer mieux traiter les maladies chroniques et permettre aux patients de vivre plus longtemps en meilleure santé.

Laisser un commentaire