10 août 2017

Santé : stop à l’abus de codéine !

Par L'équipe de l'école

Les médicaments ont des vertus préventives et/ou curatives destinées au traitement des maladies. Or, ils peuvent induire des effets secondaires pouvant être recherchés par certains consommateurs. Tel fut le cas avec les médicaments contenant de la codéine. Pourquoi et quelles sont les conséquences de ce phénomène ?
 
scandale sanitaire depakine medicament

 

La vente de médicaments

Avant d’être commercialisés, les médicaments doivent disposer d’une autorisation de mise sur le marché afin de s’assurer qu’il répond aux critères de qualité, sécurité et efficacité suffisants pour les consommateurs. De plus, en fonction de la dangerosité du médicament, celui-ci est soumis – ou non – à une prescription médicale. Enfin, tout au long de la vie du médicament, un contrôle bénéfices/risques est organisé.

La codéine et autres dérivés de l’opium

La codéine, substance dérivée de l’opium, est utilisée dans le cadre du traitement des douleurs d’intensité modéré à intense – antalgique de palier 2. Les principaux effets indésirables de la codéine sont une sensation d’endormissement, une euphorie, des troubles de l’humeur, des hallucinations ou encore une constipation, des nausées ou vomissements.

Les pratiques à risques

La nature des effets indésirables varie en fonction de la quantité absorbée, mais également de l’association avec d’autres médicaments ou substances. Ainsi, pour se rapprocher des effets euphorisants, certains jeunes associent les médicaments à base de codéine avec du soda. Cette pratique peut avoir des conséquences néfastes : altération du sommeil, du transit, démangeaisons, troubles de la vigilance ou du comportement, crises convulsives ; à plus long terme, accoutumance et dépendance. Le risque de surdose est majoré par l’alcool.
En France, depuis le 1er janvier 2017, 5 cas d’intoxication ont été répertoriés, dont 2 décès.

Une ordonnance dorénavant obligatoire

Face à ce véritable problème de santé publique, qui concerne tout particulièrement la jeunesse, la ministre chargée de la Santé a décidé de rendre obligatoire la prescription sur ordonnance de l’ensemble des médicaments contenant de la codéine ou d’autres dérivés morphiniques.

La conclusion

Que les médicaments soient vendus avec ou sans ordonnance, les professionnels de santé – comme les agences sanitaires – doivent surveiller les habitudes de consommation et, au besoin, restreindre leur utilisation en fonction de l’évaluation bénéfices/risques réalisée.

© Jérôme Chevillotte

Partager/Marquer

Laisser un commentaire