24 mai 2011

Enfants et adolescents : gérer sa différence

Par Violaine Descroix

La 7e édition du forum Adolescences s’est ouverte le 30 mars et a été clôturée le 18 mai à Paris. Proposé par la fondation Pfizer pour la santé de l’enfant et de l’adolescent, le forum s’est déroulé sur plusieurs dates, dans 10 académies, rassemblant experts, institutionnels et adolescent afin d’échanger sur des thèmes touchant cette tranche de vie si particulière et ouvrir des voies de progrès.

Cette année le thème central était : « Comment faire de ma différence une force ? ». Les 4 problématiques abordées en classe de lycée, en lien avec les équipes éducatives, pour cheminer autour de ce questionnement furent :

– Etre ou ne pas être, une question d’image ?
– Visible ou invisible, comment faire respecter ma différence ?
– Les différences qui isolent, comment les prévenir ?
– Ma singularité force pour me construire ?

Puisque la fondation Pfizer s’intéresse à la santé des enfants et des adolescents, ces thèmes se rapportent à l’image de soi et de son corps, aux différences visibles et invisibles (maladies, handicaps…), et à la stigmatisation de type « bouc émissaire ».

Mais alors qu’au début du mois d’avril, un jeune de 19 ans de la banlieue parisienne s’est fait « lynché » par des jeunes d’une autre banlieue pour être sorti avec une fille de « chez eux », ou encore qu’en ce mois de mai un autre de 17 ans a servi de déversoir de violence à un groupe de 3 jeunes adolescents « sans histoires »… On peut se demander si les débats sur la différence ne doivent pas maintenant s’ouvrir sur la différence sociale, sur le respect d’autrui mais aussi sur la maîtrise de soi !

C’est aussi une des conclusions formulées par l’Observatoire international de la violence à l’école dans l’étude publiée fin mars par l’Unicef France (« A l’école des enfants heureux ou presque… ») qui estime « juste de vouloir adapter […] des programmes spécifiques […] qui visent à développer des compétences sociales chez les enfants (en particulier l’empathie », afin de réduire les phénomènes de violence et de harcèlement qui touchent les enfants dès les classes primaires.

Vous êtes éducateur ou enseignant et vous devez faire face à ce rejet de l’autre chez des enfants ou des adolescents. Que mettez-vous en place pour remédier à la situation et faire cheminer ces hommes et femmes en devenir sur le chemin de l’acceptation de la différence ?

Laisser un commentaire