13 octobre 2015

La petite enfance manque de professionnels qualifiés !

Par

Assistant(e) maternel(le), agent petite enfance en structure, puériculteur ou encore éducateur de jeunes enfants… L’accueil de la petite enfance est en plein essor et peine à recruter ses professionnels. Qu’il s’agisse du privé ou du public, le secteur prévoit de nombreux recrutements.

La petite enfance manque de professionnels qualifiés

La petite enfance manque de professionnels qualifiés !

Les crèches ne parviennent pas à recruter leur personnel, les assistant(e)s maternel(le)s ne sont pas assez nombreux et sont débordés par les demandes des parents… Rien que dans la fonction publique, les besoins de professionnels de la petite enfance sont tels que l’État estime qu’il faut former 2 200 personnes par an dans les services à la personne et particulièrement ceux de la petite enfance.

Les collectivités territoriales recrutent

 

La loi oblige les collectivités territoriales à recruter au moins pour moitié des professionnels diplômés. Or, elles doivent à présent faire également appel à du personnel non diplômé… Pour rappel, les communes gèrent 64 % des crèches et 45 % des haltes-garderies.

Les professionnels de la petite enfance ont l’embarras du choix quant aux employeurs : ils peuvent exercer en structures d’accueil collectif (crèche, halte-garderie, jardin d’enfants, centre multi-accueil), en service de protection maternelle et infantile ou encore en secteur hospitalier.

Des milliers de crèches devraient « pousser » en France

 

Le nombre de places d’accueil pour les enfants de moins de 3 ans reste insuffisant en France. Une convention d’objectifs et de gestion (COG) signée par l’Etat avec la Caisse nationale des allocations familiales (CAF) prévoit que les ressources du Fonds national d’action sociale (Fnas), qui finance crèches, centres de loisirs et autres actions en faveur des jeunes, augmentent de 7,5 % par an, passant de 4,6 milliards d’euros à 6,7 milliards en 2017. Cette augmentation devrait permettre de financer les 200 000 nouvelles solutions d’accueil pour les 0-3 ans, ainsi que 75 000 nouvelles places à l’école maternelle.

Par ailleurs, pour faire face au manque de places, les équipements se multiplient, y compris dans les villes moyennes et les communes rurales.

Des formations courtes !

 

Devenir un professionnel diplômé de la petite enfance prend peu de temps, et c’est là un atout majeur de ces métiers : préparer le CAP petite enfance se fait en 2 ans maximum, voire 1 ans, auxiliaire de puériculture se prépare en 12 mois une fois le concours d’entrée obtenu, et en 3 ans vous pouvez prétendre au diplôme d’éducateur de jeunes enfants.

Un grand panel de métiers et d’employeurs, pour un secteur dynamique et épanouissant !

Laisser un commentaire