15 septembre 2017

Ouragan Irma : la gestion de la crise sanitaire

Par L'équipe de l'école

Entre le 29 août et le 12 septembre, un ouragan se développe dans l’Atlantique pour s’abattre sur les Antilles et poursuivre sa route vers la Floride. Irma, c’est son nom, est classé en catégorie 5, soit le degré le plus élevé de l’échelle de Saffir-Simpson. Il frappe le 6 septembre les collectivités de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, causant des dégâts extrêmement lourds et des pertes humaines. Comment l’aide sanitaire est-elle organisée pour faire face à la situation ?

 

 

 

Ouragan, cyclone… de quoi s’agit-il ?

 

On le nomme cyclone dans l’Océan indien et dans le Pacifique sud, typhon dans le Pacifique nord-ouest, et ouragan dans l’Atlantique nord et le Pacifique nord-est. C’est dans tous les cas une violente tempête aux vents dépassant 120 km/h, créant des tourbillons.

Irma est à la fois l’ouragan le plus puissant jamais observé dans l’Atlantique et le cyclone tropical le plus long, avec des vents enregistrés à 295 km/h durant 33 heures d’affilée.

Les dégâts à Saint-Martin et Saint-Barthélemy

 

Les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, situées au nord des Antilles françaises, sont dans la trajectoire de l’œil du cyclone. L’ouragan submerge leurs côtes de déferlements de vagues et des rafales de vents atteignant 360 km/h frappent les deux collectivités. Les dégâts matériels sont majeurs et les territoires présentent l’aspect de zones bombardées. Selon le président du conseil territorial de Saint-Martin, « 95 % de l’île de Saint-Martin est détruite ».

 

Quelle est la situation sanitaire ?

 

Quatorze morts et une cinquantaine de blessés sont à ce jour à déplorer dans les Antilles françaises. La Croix-Rouge prévoit 26 millions de personnes impactées par l’ouragan.

Il s’agit ici de faire face à un véritable défi sanitaire. Très vite, des infections respiratoires et digestives risquent d’apparaître, avec un degré de contagion important dû aux pénuries d’eau potable et aux abris de fortune. Dans un second temps, des animaux deviennent vecteurs de prolifération de maladies. Enfin, les dommages causés aux établissements de santé peuvent priver de traitement des patients atteints de maladies chroniques.

Les deux collectivités d’outre-mer sont en état d’urgence sanitaire.

 

La « réserve sanitaire »

 

Le ministère de la Santé a fait appel à la réserve sanitaire. Ce dispositif, inscrit au Code de santé publique et créé en 2007, est constitué d’un réseau de plus de 2 000 professionnels de santé volontaires : médecins, infirmiers, sages-femmes et techniciens.

À l’annonce de l’arrivée de l’ouragan, une pré-alerte est lancée pour mobiliser les professionnels réquisitionnés et acheminer équipes et matériels. C’est l’agence régionale de santé (ARS) locale qui détermine les personnels à déployer, en l’occurrence :

  • une équipe « centre 115 »,
  • une équipe pré-hospitalière : médecins urgentistes et infirmiers,
  • une équipe chirurgicale : orthopédistes, anesthésistes et infirmiers de bloc opératoire.

Deux épidémiologistes réservistes sont également dépêchés.

 

La gestion de l’urgence

 

Un centre de soins sous tente « de grande capacité » est établi à Saint-Martin. Puis un hôpital flottant sera créé sur un navire militaire. Les malades et blessés sont évacués en avion militaire. Un centre logistique est également mis en place en Guadeloupe, afin de déployer des moyens humains – sécurité civile, pompiers d’Île-de-France, bénévoles de la Croix-Rouge et secouristes – et matériels. Un poste sanitaire mobile, comprenant médicaments et matériel chirurgical, est fourni sur demande de l’ARS de Guadeloupe, en charge de Saint-Barthélemy et Saint-Martin.

 

Conclusion

 

Les dégâts causés par Irma sont considérables et nécessitent des moyens sanitaires extrêmement importants. C’est toute une gestion de crise qui est à l’œuvre pour faire face à la situation. Les professionnels de santé sont aux premières loges pour relever ce défi et font, une fois encore, preuve d’un grand sens du devoir.

Partager/Marquer

Laisser un commentaire