7 février 2011

La PAJE : un bilan positif pour l’emploi

Par Violaine Descroix

Six ans après l’instauration de la Prestation Unique pour le Jeune Enfant ou PAJE (le 1er janvier 2004), la Cnaf a dressé un bilan de cette prestation publié dans sa lettre électronique « e-ssentiel n°106 de janvier 2011 (en téléchargement gratuit sur la page http://www.caf.fr/web/WebCnaf.nsf/VueLien/E-SSENTIEL106?opendocument).

Pour la Cnaf, l’objectif de toucher, grâce à la PAJE, 200 000 familles supplémentaires est largement atteint. Cet objectif impliquait de contribuer à une plus grande liberté de choix de garde et de réduire l’éloignement des parents de jeunes enfants du marché du travail. Ceci passait par trois axes majeurs :

– diminuer le nombre d’allocations et simplifier le cadre législatif pour plus de lisibilité ;
– simplifier les démarches administratives pour l’emploi d’une assistante maternelle ou garde d’enfant à domicile ;
– relever le plafond des ressources et augmenter le montant de certaines allocations.

Selon le bilan, en décembre 2009, seules 21 % des familles trouvent le dispositif encore complexe et 98 % sont totalement satisfaites du service octroyé par la PAJE.

Finalement, plus d’enfants sont maintenant concernés par les aides (+ 5,4 entre 2004 et 2009) et le montant moyen des aides versées a fortement progressé (+40 % en 6 ans). Les plus fortes hausses concernent les prestations liées à la garde de l’enfant (par une assistante maternelle – +80% – ou par une garde à domicile – +96 %).

On constate, depuis 2003, une croissance régulière des bénéficiaires d’une aide à la garde individuelle, surtout pour le recours à une assistante maternelle (+ 16 %) mais aussi pour le recours à une garde à domicile (5 % en moyenne chaque année entre 2006 et 2009). Le recours à l’aide pour l’emploi d’une garde via une association ou une entreprise de services est passé, de façon spectaculaire, de 44 bénéficiaires en 2004 à 14 800 en 2009.

Le bilan conclut sur le fait que si le recours à ces modes de garde a quantitativement progressé, il reste qualitativement identique pour la répartition géographique des emplois : plus d’assistantes maternelles dans l’Ouest (Bretagne, Normandie, Pays de la Loire) et l’Est (Franche Comté – Bourgogne) ; plus de gardes à domicile pour Paris et les Hauts de Seine.

Et vous, profitez-vous des effets de la PAJE ? Côté emploi ou côté bénéficiaire ?

Laisser un commentaire