15 février 2017

Un manifeste en faveur de l’aide aux migrants

Par L'équipe de l'école

La question des migrants est d’une cruciale actualité ces dernières années en Europe. Aux migrants économiques s’ajoutent les réfugiés politiques qui ont fui les guerres, les dictatures dans leur pays d’origine. Les réactions des populations à leur égard sont diverses : indifférence, rejet, aide et soutien. La solidarité – qui part d’un excellent sentiment – peut être remise en cause …et punie. Certaines associations ont réagi à cet état de fait.

solidarite avec les migrants

De la solidarité… au délit

Certains de nos concitoyens, qu’ils soient investis dans des associations d’aide ou qu’ils prennent des initiatives personnelles, s’engagent auprès des migrants : cours de français, collectes de biens de consommation courante, aide juridique… Et d’autres vont plus loin : ils accueillent ces personnes chez eux ou les aident à franchir les frontières.

Le « délit de solidarité » est une expression créée pour qualifier ce qui est considéré comme une utilisation abusive de la loi, à savoir l’article L. 622-1 du Code de l’entrée, du séjour des étrangers et du droit d’asile, modifié en 2012 afin de distinguer les réseaux criminels de l’aide désintéressée des individus. Pourtant, humanitaires et bénévoles dénoncent des abus.

Multiplicité des motifs de poursuite

Les motifs de poursuite contre les migrants et les personnes qui choisissent de les aider se diversifient, avec de nouveaux chefs d’accusation, en particulier depuis l’état d’urgence : le délit d’entrave à la circulation d’un aéronef, utilisé contre les passagers d’un avion indignés par des conditions d’expulsions, la réglementation urbanistique pour autoriser la destruction d’abris de migrants… Les peines prévues ne sont que rarement appliquées, mais les réglementations ont un effet dissuasif. Et des militants sont face à la justice pour avoir secouru des personnes en situation de vulnérabilité ou en danger.

Le manifeste pour la solidarité

Une centaine d’organisations associatives ou syndicales entendent dénoncer ces procédés par un manifeste intitulé « Délinquants solidaires ». Elles affirment la légitimité du droit de regard des citoyens sur les pratiques de l’administration, de la justice ou de la police. Elles souhaitent que soient encouragés celles et ceux qui se montrent solidaires des personnes en situation de précarité sans se soucier de savoir si elles sont ou non en situation régulière quant au séjour. Elles jugent que l’avenir du principe de solidarité est en jeu.

Pour conclure

Il est difficile de concilier des engagements humanitaires avec des positions étatiques qui doivent à la fois assurer une mission d’accueil et respecter des législations qui concernent plusieurs États. La conscience citoyenne peut constituer un rempart contre les abus, et rappeler que la solidarité n’est pas inscrite dans la loi comme un délit.

Partager/Marquer

Une réponse à “Un manifeste en faveur de l’aide aux migrants”

  1. MAUR dit :

    je souhaite donner mon aide ainsi que mes savoir faire pour que ces gens puissent se réjouir et les aider à vivre leur quotidien même s’ils sont en difficulté améliorer leur quotidien pour qu’il puisse se débrouiller tout seul pour ceux qui ne souhaite pas aller à la maison de retraite .

Laisser un commentaire