24 août 2017

Le scandale des œufs contaminés

Par L'équipe de l'école

La sécurité sanitaire est une priorité des pouvoirs publics. De nombreux contrôles au sein des usines, mais également dans les lieux de vente sont réalisés. Malgré ces mesures préventives, la libération des marchés accroît le risque de survenue d’une crise sanitaire. Retour sur le scandale des œufs contaminés.

 

oeufs contaminés

 

La traçabilité des œufs

 

La production d’œufs est encadrée par des textes, qui définissent les exigences des installations, le nombre maximal de poules au mètre carré, ou encore les modalités d’entretien et de surveillance des installations, équipements et animaux. Selon la réglementation européenne, chaque œuf doit disposer d’un code inscrit en rouge sur la coquille. Ce dernier indique le mode d’élevage, le pays d’élevage et un code permettant d’identifier le producteur et le bâtiment de ponte.

D’après la Commission européenne, la France serait le premier pays producteur d’œufs en Europe ce qui lui permettrait d’être autosuffisante. Or, à certaines périodes, des importations d’œufs sont réalisées – environ 10 % des besoins.

 

L’affaire des œufs contaminés

 

L’un des principaux risques de l’élevage de poules, c’est la contamination par le pou rouge, qui peut entraîner une diminution de production, voire la mort des poules. Afin de désinfecter les poulaillers et prévenir une infection, une entreprise des Pays-Bas a proposé aux producteurs la vente d’un produit « naturel » ; or, ce produit a été fabriqué frauduleusement et associe du fipronil, substance antiparasitaire toxique utilisée dans le traitement des animaux de compagnie contre les poux, les tiques et les acariens, mais dont l’utilisation est interdite sur les animaux destinés à la consommation.

Suite à cette découverte, des millions d’œufs ou d’aliments préparés à partir d’œufs contaminés par le fipronil ont été retirés de la vente. En France, le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a publié une liste de denrées retirées.

 

Les grands principes de la sécurité sanitaire alimentaire

 

Dans le cadre de la sécurité sanitaire alimentaire, c’est la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations qui est en charge de vérifier les conditions d’élevage. Au niveau européen, un système d’alerte permet de « réagir sans délai aux crises concernant la sécurité des denrées alimentaires et aliments pour animaux ». Il s’agit du système d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et aliments pour animaux (RASFF). C’est grâce à ce système que la France a été alertée le 20 juillet d’une suspicion de contamination d’œufs au fipronil émise par la Belgique, précédant les notifications officielles des Pays-Bas réalisées les 5, 6 et 8 août.

 

En conclusion

 

La sécurité sanitaire est un enjeu majeur pour la santé des populations. Elle doit être organisée pour permettre la surveillance des exploitations et, au besoin, faire retirer rapidement de la vente les éventuelles denrées frelatées.

Partager/Marquer

Laisser un commentaire