3 août 2017

Le handicap, une priorité pour le Gouvernement

Par Eric Lagre

Grande absente de la campagne présidentielle, la question du handicap est aujourd’hui l’une des « priorités du quinquennat » pour Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées. Le point sur la situation en France.

acheter fauteuil roulant

Le handicap en France, c’est quoi ?

 
Le handicap désigne l’incapacité pour un citoyen de vivre ou d’agir dans la société en raison de déficiences physiques, mentales ou sensorielles. Une définition vague qui rend difficile l’estimation du nombre de personnes en situation de handicap en France. L’INSEE l’évaluait en 2011 à 9,6 millions de personnes en France.

La loi pour l’égalité des chances de 2005

 
Pour les personnes handicapées, les difficultés proviennent davantage de leur environnement que de la déficience elle-même.

La loi pour l’égalité des droits et des chances du 11 février 2005 a permis de nombreuses avancées dans différents domaines :
– Scolarité rendue possible en milieu ordinaire.
– Emploi favorisé avec un taux de 6 % exigé dans les entreprises.
– Accessibilité aux services et transports publics rendue obligatoire.

Les aides financières

 
Des aides pécuniaires sont versées par la Caisse d’allocations familiales, les deux principales étant l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) pour les personnes de moins de 20 ans et l’allocation aux adultes handicapés (AAH) pour les personnes de plus de 20 ans. Ces allocations sont versées sous conditions de ressources et peuvent être complétées par d’autres aides financières, de la part des régions notamment.

La nouvelle feuille de route du Gouvernement

 
Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, a présenté en juillet dernier au conseil des ministres la feuille de route des mesures à entreprendre au cours du quinquennat :
– Augmentation du nombre de places dans le milieu scolaire.
Recrutement et formation des assistants de vie scolaire (AVS).
– Revalorisation de l’AAH de 810 € à 900 € par mois.
– Prise en charge plus précoce des troubles du spectre autistique (TSA).
– Mise en place du 4e plan autisme en 2018.

Conclusion

 
Malgré les efforts des gouvernements successifs, on ne peut aujourd’hui parler d’égalité des chances pour les personnes en situation de handicap. Un comité interministériel du handicap se réunira donc dès octobre pour favoriser le dialogue et la concertation. Quelles mesures vous sembleraient indispensables ?

Laisser un commentaire