19 octobre 2017

La politique familiale 2017-2022

Par L'équipe de l'école

Alors que la ministre des Solidarités et de la Santé présente les grandes orientations de la politique familiale à venir, revenons sur ce concept et son application, pour mieux comprendre ce qui va changer entre 2017 et 2022.

 

politique familiale

 

 

Une politique publique

La politique familiale est une politique publique de soutien à la famille et à la natalité, à travers notamment des prestations financières, fiscales et sociales vers les parents ou les structures dédiées à la famille : allocations familiales, prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) ou encore quotient familial, etc. Ces mesures d’aide sont prises par l’État, et menées par les collectivités, la CAF et l’UNAF. Elle se base sur une solidarité de la collectivité.

 

Quels sont les objectifs visés ?

Quatre grands objectifs sont définis et attribués à la politique de la famille aujourd’hui :

  • le renouvellement des générations ;
  • la compensation des charges liées à la naissance et à l’éducation d’enfants ;
  • la conciliation entre la vie de famille et la vie professionnelle ;
  • le soutien à la parentalité pour les familles en difficulté éducative.

Le souci de lutter contre la pauvreté des familles reste une constante.

 

Les moyens mis en œuvre

La branche famille de la Sécurité sociale gère, par l’intermédiaire du réseau des CAF, les prestations familiales. Elle est majoritairement financée par des cotisations sociales versées par les employeurs et par la contribution sociale généralisée (CSG). Selon la Cour des comptes, les aides aux familles représentent 60 milliards d’euros en 2015.

Mais des faiblesses sont pointées : un nombre important d’enfants pauvres et un manque de recours aux gardes collectives par les familles en difficulté.

 

La politique familiale 2017-2022

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a dégagé les priorités gouvernementales :

  • Augmenter le nombre de place en crèches, à répartir selon les besoins des territoires.
  • Favoriser la transparence dans l’accès aux places en crèches.
  • Soutenir les familles les plus fragiles, notamment les monoparentales.
  • Promouvoir la mixité en structure d’accueil du jeune enfant, avec l’accueil d’enfants en situation de handicap.
  • Mieux soutenir la parentalité, dans une politique plus structurée.
  • Développer la professionnalisation des métiers de la petite enfance afin de constituer une « identité professionnelle commune ».

C’est à partir de la nouvelle convention d’objectifs et de gestion (COG) pour 2018-2022, négociée entre l’État et la CNAF, que pourra se mettre en place la politique gouvernementale.

Une mission parlementaire va travailler sur le sujet, notamment sur la question de la fin de l’universalité des allocations familiales

 

Conclusion

La politique familiale est un pilier du modèle social français, et permet de lutter contre les inégalités. Les nouvelles orientations gouvernementales prennent en compte les besoins et les évolutions de la société, et visent le bon développement de l’enfant et un meilleur parcours pour les professionnels. Affaire à suivre après la

 

Partager/Marquer

Laisser un commentaire