2 février 2016

Le rétro-planning, un outil de révision indispensable

Par

Dans la perspective de votre concours/examen, organiser et échelonner votre travail est in-dis-pen-sable pour mettre toutes les chances de votre côté. Pour ce faire, rien de plus efficace que le rétro-planning, qui constitue le fil directeur de votre étude. Zoom sur sa méthodologie.

Le rétro-planning, un outil de révision indispensable

Le rétro-planning, un outil de révision indispensable

Comment procéder ?

Déterminez la date de vos épreuves

Exemple : nous sommes en décembre et votre concours a lieu chaque année en mai ; vous pouvez décider de le passer l’an prochain ou l’année d’après : vous disposerez donc, dans le premier cas, de 6 mois, et dans le second de 18 mois.
Votre planning sera donc sensiblement différent en fonction de ce choix.

En fonction de la date de vos épreuves, calculez le nombre de semaines qui vous sépare de cette date.

Attention : il faut calculer le nombre de semaines de travail effectif : il vous faut donc déduire les semaines de stage éventuel, de vacances, etc. et un temps de révision.
Exemple : sur les 24 semaines (6 mois) retenus plus haut, vous pouvez prévoir 1 semaine de congé, 1 semaine de stage et 2 semaines de révision ; il vous reste 20 semaines d’étude.

Recensez ensuite le nombre total de devoirs à réaliser dans votre préparation (ou le nombre de livrets/leçons à étudier).

Exemple : en préparation au concours d’entrée en école d’assistant de service social, le plan d’étude prévoit 16 livrets et 46 devoirs.

Il vous suffit alors de répartir ce nombre total de devoirs ou de livrets/leçons sur le nombre total de semaines.
Exemple : 46 devoirs à réaliser sur 20 semaines : 46 / 20 = 2,3 devoirs/semaine soit : 2 devoirs/semaine pendant 14 semaines et 3 devoirs/semaine pendant 6 semaines.

Votre rétro-planning vous permettra d’étudier sans stress l’ensemble de votre plan d’étude jusqu’à votre concours/examen.

À vous de jouer !

Laisser un commentaire