16 février 2016

Adoption de la loi santé

Par

Selon Mme Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, le système de santé français n’est plus adapté aux besoins des patients. Une loi a été adoptée fin 2015. Elle doit servir à renforcer la prévention, et les soins qu’ils reçoivent doivent être de la meilleure qualité possible.

Adoption de la loi santé

Adoption de la loi santé

Renforcer la prévention

La ministre qualifie les inégalités de santé d’inacceptables, car elles dépendent des conditions de vie et des habitudes de consommation des Français.
L’espérance de vie s’est allongée : il y a de plus en plus de personnes âgées qui ont besoin de soins spécialisés et l’augmentation du nombre des maladies chroniques* touche environ 1 Français sur 4, ce qui représente la 1re cause de mortalité.

Quelles mesures ?

Les principales mesures proposées par le Gouvernement concernent :
le tabagisme : paquet neutre, interdiction du vapotage près d’enfants et en public ;
l’équilibre alimentaire et la prévention de l’obésité : mise en place de logos sur les emballages alimentaires ;
la lutte contre la toxicomanie responsable de maladies transmissibles : « salles de shoot ».

Être mieux soigné dans les établissements de santé

Les professionnels de santé vont devoir travailler ensemble quand ils sont sur un même territoire et soignent les mêmes patients. Pour cela, les hôpitaux vont se regrouper, se coordonner et mieux organiser l’ensemble de leurs services.
Un numéro national d’appel sera mis en place pour contacter un médecin de garde le soir et le week-end.
La généralisation du tiers payant pourrait permettre à chaque patient d’aller plus facilement consulter, puisqu’il ne devra plus payer le médecin lors de la consultation.

Conclusion

La loi a été promulguée en janvier 2016. Plusieurs points font débat et le tiers payant a été invalidé par le Conseil constitutionnel. Certaines mesures pourraient ne pas être appliquées. Une concertation, appelée Conférence nationale de santé, permettra de réfléchir à la mise en place effective de ce projet de santé publique, afin d’envisager la déclinaison des objectifs annoncés : réduire les inégalités de santé et engager des réformes réelles. À suivre…

* Exemples : le diabète, l’hypertension artérielle, l’asthme, la dépression, la maladie d’Alzheimer sont considérés comme des maladies chroniques (non exhaustif).

Laisser un commentaire